Lucie Marchand, artiste visuelle | Ombres portées, Casting Shadows, 2014…
1667
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-1667,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,

Ombres portées, Casting Shadows, 2014… Catégorie: animation, Installation, Installation vidéo, Photographie

Ombres portées, Casting Shadows, 2014 - Berge du totem initiateur
Série d'installations vidéos et photographiques

Exposée à la Galerie du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke, Sherbrooke (Québec), du 13 au 30 août 2014

1ère vidéo : Présentation de l’installation 2014

2e vidéo : Présentation de la vidéo projetée en boucle dans l’installation 2014

L’espace cubique de la première version mesure 4,7 mètres de large (mur de la projection) x 8 mètres de profond x 3 mètres de hauteur. L’espace d’exposition délimite la dimension de l’oeuvre qui s’y adapte.

Issue du projet Totems, 2008, Ombres portées, Casting Shadows est la première version d’une série d’installations vidéo immersives.

Avec Ombres portées, Casting Shadows (Opcs), je conjugue le numérique à l’échelle des fluidités du réel en soulignant certaines de ses influences sur notre perception; que ce soit en science ou en art, ces nouveaux outils me semblent servir l’approfondissement de notre compréhension d’un monde en perpétuelle transformation, non fini et interagissant. Dans ce sens, je cherche à créer une suite d’installations vidéo immersives composées de projections libérantes et ouvertes dans lesquelles on peut retrouver les mouvances tranquilles du lieu d’une capture numérique; une douce trajectoire sinueuse où se tisse la contemplation d’un paysage, des écrans et de la photographie.

Ce lieu est une berge de lac photographiée en gros plan. Tel un rouleau japonais, elle défile animée dans un lent va-et-vient ; simulant la dérive de la chaloupe ancrée lors de ses prises de vue ; l’onde est calme et la rive devient la suture entre le réel et son reflet.

Du sol au mur opposé, cette projection vidéo envahit l’espace. Dans son faisceau, je suspends d’autres écrans. Je les fabrique avec l’approche Nuno, une technique de feutrage avec de l’eau et de la soie*. Leurs textures absorbent et métamorphosent celles de l’image. Comme la réflexion aquatique, leur fibre émousse la précision numérique. Ces images-écrans interfèrent avec la projection vidéo. Quelques une agissent comme les phasmes des ombres des spectateurs. Ces derniers font voleter et onduler les images-écrans et leurs ombres défilent sur l’ensemble de l’installation. Leurs passages régénèrent notre perception de l’environnement. Ils suivent la trajectoire que j’ai dessinée à l’aide de branches d’arbre disposées au sol. On entend une ritournelle de chants d’oiseaux indigènes. Le tout est troué de fondu au blanc, au noir et au silence. Des stations situées à l’écart invitent à la contemplation.

* Le Nuno est une technique de feutrage humide qui permet de fusionner la laine à la soie par la répétition de frottements dans l’eau et le contraste de température de celle-ci (chaud-froid). J’ai choisi le Nuno parce que je peux atteindre des degrés de translucidité qui transmettent une texture d’ombre aquatique tout en conservant une bonne qualité de projection.

Ombre : L’ombre est dans le titre

Totem : Celui de la berge du totem initiateur