Lucie Marchand, artiste visuelle | Démarche
1653
page-template-default,page,page-id-1653,ajax_updown_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,

Démarche

dessin_meandres

Je réalise des installations vidéo ouvertes à la contemplation, la transformation d’une réflexion; de l’image d’un lieu, du lieu par l’image. Je scénographie l’installation dans l’espace d’exposition avec des objets-écrans et des jeux éphémères d’ombres humaines. Je cherche à mettre de l’avant la tendresse des moments avant qu’ils ne soient photographiés ou filmés.

Mes créations démarrent par une rencontre fortuite et sans intention qui m’émeut ou m’attire et qui me donne envie d’approfondir l’expérience de cette découverte. Peu à peu, l’oeuvre prend forme en absorbant les couches temporelles du processus de création qui se poursuit lors de l’exposition. Je prends tendrement le temps de créer et je présente cette sensible lenteur dans la vidéo. Mes réalisations sont ouvertes à la contemplation, la transformation d’une réflexion, d’une image, d’un sentiment indispensable à la conscience d’être bien, là, d’exister.

Mes matières sont le dessin, la photographie, la vidéo et la lumière qui tiennent lieu d’éclairage à des matières-écrans jouant de transparence, de translucidité et d’opacité. J’analyse les jeux de déplacement temporel en tant que jeux d’ombres et de reflets, de rappels anciens, magiques ou mythiques de la représentation et tous conséquents de la poursuite de la création de l’oeuvre lors de son exposition. J’explore une conversation entre le réel du sujet et sa capture numérique.

Se donner le temps d’aimer, de penser et de former sont parmi les manquements de l’implantation trop rapide des technologies numériques branchées sur un flux de production dont je tente de libérer mon approche artistique en toute indisciplinarité. Je me suis imposé la contrainte d’éviter la mention du mot « production » en regard de ma démarche.

Je crée des oeuvres qui tel un sentier, coulent en méandre sur les surfaces de l’espace et du temps. Mes enregistrements sonores sont en ritournelles. La série photographique Totems est en cours depuis 2007. De ce projet, dérivent depuis 2014 la suite d’installations vidéo Ombres portées, Casting Shadows, mais voilà qu’une nageuse, influence du projet Le Retour (depuis 2003) apparaîtra dans une vidéo d’Ombres portées, Casting Shadows…et ainsi de suite, on verra bien ce que ça donne lorsqu’on m’invitera à exposer.